Le Domaine

Le promeneur inspiré qui s’attache à suivre le cours du petit ruisseau « La Barbanne » – le fil d’Ariane du terroir viticole bordelais – ne manquera pas d’arrêter son regard sur l’éminence graveleuse généreusement exposée aux rayons du soleil où, faisant face à Pomerol, s’étend le magnifique terroir de Belles-Graves.

Il pourrait dans le même temps apprendre que ce très ancien domaine était déjà cité dans les premières éditions de « Bordeaux et ses vins » de Cocks et Féret, sous le nom de « Domaine de Drouilleau ».

Gracieusement élevé sur une colline ensoleillée, protégé des bruits et des aléas du monde extérieur par sa situation retirée au milieu des vignes, le site de Belles-Graves affecte un charme serein et bucolique, avec ses bâtiments harmonieusement proportionnés, où l’on arrive par une longue allée, ombragée par les frondaisons de tilleuls centenaires.

HISTOIRE

On retrouve la présence des vignes sur nos coteaux, au lieu-dit DROUILLEAU dès la fin du Moyen-Age, mais c’est au XVIIIème siècle que furent construis les bâtiments que nous occupons aujourd’hui, et qui prirent alors le nom de « Domaine de Drouilleau ».

Les archives, dispersées au fil des successions et changements de propriétaires ne nous permettent guère de remonter au-delà du milieu du XIXème siècle.

Un certain M. Alexandre DURAND lègue à sa femme le domaine. Celle-ci décède intestat et sans descendance directe, et c’est sa petit-nièce Isabelle MERLET, épouse de M. GACHASSIN-LAFITE qui en hérite en 1869. Elle décède en 1880, et sa fille Gabrielle GACHASSIN-LAFITE après négociation avec sa sœur, hérite du domaine en totalité en 1887. Celle-ci décède en 1897, laissant le domaine à son époux, Léonce MAUZE. En avril 1909, M. MAUZE fait donation du domaine en partage à ses 3 enfants, qui le vendront en novembre de la même année à M. Elysée Absalon CLERJAUD, pour la somme de 20 000 Francs. Le domaine est alors d’une contenance de 10 hectares, répartis entre vignes, vergers, patûres et cultures potagères. M. CLERJAUD vendra à son tour le domaine, après quelques agrandissements fonciers, le 10 novembre 1938 à M. Jean THEALLET pour 140 000 Francs, avec une surface de 11ha 17a 87 ca.

En entrant dans la famille THEALLET, toujours propriétaire, le domaine va changer de nom pour devenir CHATEAU BELLES-GRAVES.

Au décès de Jean THEALLET en 1964, c’est son épouse Hermine qui assure la continuité de l’exploitation qui couvre alors 12 hectares. En 1973, elle en fait donation en indivision à ses deux filles Marie-France et Christine tout en conservant la direction des affaires.

En 1989 est créée la société Civile d’Exploitation du Château Belles-Graves, dirigée par Xavier PITON, petit fils d’Hermine THEALLET qui prend alors les terres en fermage et assure désormais leur exploitation. Le vignoble est agrandi de 2,5 hectares.

En 1995 création du GFA Theallet Piton pour consolider l’intégrité du domaine entre les différents membres de la famille. Marie France THEALLET, Christine PITON et ses enfants Xavier PITON, Aurélien PITON, Marie-Aimée PITON en sont les actionnaires.

En 1998 nouvel agrandissement du vignoble par l’acquisition de 1.75 ha.

En 2000 : début des travaux de rénovation du château et des bâtiments d’exploitation, devenus trop exigus. L’accueil et les bureaux sont transférés dans les anciens communs. L’aile ouest est restaurée après une importante attaque de termites, et les chambres d’hôtes y sont ouvertes en 2002.

En 2005 : dernière acquisition foncière de 0,55 ha, enclavés dans les vignobles du domaine, qui possède désormais l’ensemble du coteau.

Parmi les visiteurs célèbres, on peut citer Prosper Mérimée, qui aurait séjourné dans ces murs lors de ses voyages dans la région, et plus proche de nous, le Commandant Jacques-Yves COUSTEAU, cousin germain de Jean THEALLET, qui aimait venir goûter au calme du lieu et retrouver l’ambiance festive des vendanges de son enfance.

Les vins de Belles-Graves ont ainsi navigué sur toutes les mers du globe à bord de la Calypso, et continuent aujourd’hui à bord de l’Alcyone à accompagner les expéditions de l’EQUIPE COUSTEAU.

Architecture

Le corps de bâtiment principal est demeuré sans modification majeure depuis sa construction vraisemblablement dans la fin du XVIIIème siècle. Le style est celui alors en vogue dans les vignobles bordelais : la Chartreuse. Elles furent conçues pour être les résidence secondaires des grands bourgeois Bordelais, qui fuyaient la chaleur moite et lourde de la ville en été, à une époque où les bains de mer n’étaient pas encore en vogue.

Autour de la cour d’honneur, rectangulaire, sont situés : face au sud, la maison de maître, avec une partie centrale de plain-pied comportant les pièces de réception desservies par un long couloir transversal, et de chaque côté une aile à étage comprenant des pièces d’habitation à usage privé. L’aile est est prolongée, légèrement en retrait de la façade, par une orangerie s’ouvrant aux rayons du soleil par trois grandes fenêtres en demi-lune. A l’extrémité de l’orangerie se trouvait enfin le pigeonnier, aujourd’hui disparu (sans doute démoli au milieu du XIXème siècle.).

Sur le côté Ouest de la cour, se trouvent le chai à barrique et le cuvier de vinification.

Sur le côté est se trouvaient les communs (cuisine, remise, grange, écurie et porcherie) et un logement de fonction pour une famille d’ouvriers. Une partie a été réaménagée en 2000 et 2001 pour y installer l’accueil et les bureaux.

La cuisine est restée telle qu’à l’époque, avec sa grande cheminée, son tourne-broche du XVIIIème s. et son « potager » (l’ancêtre de nos plaques de cuisson).

Sur l’avant, au sud, une terrasse domine en surplomb la vallée de la Barbanne et les vignobles prestigieux de Pomerol. Elle était couverte d’arbres centenaires (cèdres, tilleuls, érables) qui en faisaient un havre de calme et d’ombrages. La tempête de décembre 1999, de sinistre mémoire, a malheureusement détruit ce patrimoine végétal en totalité.

En 2001, la terrasse a été réaménagée en jardin d’inspiration « à la française », et des tilleuls ont été replantés. Il faudra malgré tout de la patience avant qu’ils atteignent la taille de leurs ainés!

Pour agrémenter la terrasse, un petit labyrinthe végétal a été installé à l’emplacement de l’ancien potager. Venez donc en chercher l’issue lors de votre passage dans la région. Originalité supplémentaire : ce circuit tortueux a été réalisé avec… de la vigne, bien sûr!

le Vignoble

Le vignoble couvre aujourd’hui une superficie de 17 ha. Deux cépages sont utilisés : le Merlot, dominant largement avec 88% des surfaces, et le Cabernet Franc ou Bouchet pour les 12% restants.

Les parcelles situées sur les côtes Est, Sud et Ouest du château, constituant le coteau argilo-graveleux, avec un sous sol riche en oxydes de fer (graves rouges appelés aussi crasse de fer).

Ensuite jusqu’à la route, on trouve un plateau de graves avec une très large dominante de silex, comparable à celui de Pomerol.

Puis plus au nord, le sol devient argilo-limoneux avec toujours une présence de crasse de fer.

En sous-sol, l’alternance de couches perméables composées de sables grossiers et graves mêlées d’argile rouge, et de couches d’argile bleue compacte retenant les eaux pluviales assure tout à la fois un excellent drainage naturel, et des réserves hydriques dans lesquelles la vigne va plonger ses racines durant les étés trop secs.

Enfin, la proximité des parcelles (l’enclos principal couvre 12 hectares d’un seul tenant autour de la maison) permet une bonne homogénéité des sols, et donc un ensemble harmonieux dans le vin.

l’Equipe

Au Château Belles-Graves, chacun participe à tous les travaux du chai et du vignoble. Ainsi, même si chaque personne est chargée d’une fonction particulière, elle connait l’ensemble des étapes de la culture et de l’élaboration de nos vins, jusqu’au contact direct avec nos clients.

Xavier PITON

Propriétaire

Xavier PITON, né le 19 août 1966. Chargé dès 1989 de la gestion du domaine, il décide d’abandonner ses études de lettres pour suivre une formation en Oenologie et Marketing du vin. Mais c’est sur le terrain et au contact des hommes du métier qu’il trouvera le plus performant des apprentissages.

Dès son arrivée, il entreprend les travaux de restauration du vignoble, et la modernisation des équipements de vinification, notamment avec le système de régulation thermique. Il reste néanmoins conscient que Belles-Graves bénéficie d’un terroir à nul autre pareil, qui exige un grand respect des traditions.

Xavier PITON assure aujourd’hui la direction générale du domaine, il est directement en charges des relations commerciales, de l’administration et des finances. Il supervise les vinifications, l’élevage des vins, et le conditionnement. Il est également administrateur du syndicat viticole de Lalande de Pomerol, dont il a été président en 1995. Il fait aussi partie de la Confrérie des Baillis de Lalande de Pomerol. Il est enfin administrateur de l’équipe COUSTEAU. Parmi ses passions : la musique, la cuisine, et… les vins!

Rémi RATEAU

Chef de culture

Rémi RATEAU

Il assure les fonctions de chef de culture. Il dirige l’ensemble des travaux du vignoble et participe à la conduite des vinifications et de l’élevage du vin.

Sylvain GAROSTE

Maître de chai

Sylvain GAROSTE

Maître de chai et responsable qualité, il a en charge l’élaboration et l’élevage des vins, jusqu’au conditionnement et à l’expédition. Il participe également aux différents salons des vins.

© Copyright BELLES-GRAVES - designed & powered by SD - L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommez avec modération. La vente d'alcool est interdite aux mineurs.